INTERDICTION HHCPO THCP H4CBD

L’ANSM interdit les nouveaux cannabinoïdes : H4CBD, H2CBD, HHCPO et THCP

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM) a récemment émis une alerte concernant de nouveaux composés dérivés du cannabis, en réponse à des signalements de consommation ayant entraîné des effets graves. Suite à ces alertes, l’ANSM a décidé de classer ces composés comme des stupéfiants, les rendant interdits à la vente à partir du 3 juin prochain. Cette décision concerne notamment le H4-CBD, le H2-CBD, et certains cannabinoïdes de synthèse ayant un noyau chimique appelé benzo[c]chromène, comme le HHCPO, le THCP et le THCA.

Les substances concernées

Ces substances, vendues principalement sur Internet et dans des boutiques de CBD, se présentent sous diverses formes, y compris huile, résine, herbe, spray, bonbons ou « gummies », poudre et e-liquide. Elles sont consommées par ingestion, vapotage ou fumage. Les produits incriminés imitent les effets du THC, le principal composant psychoactif du cannabis, mais leurs effets peuvent être plus graves et intenses.

Les cannabinoïdes suivants seront interdits à partir du 3 Juin :

    • H2-CBD ou dihydrocannabidiol ou H2-cannabidiol ;
    • H4-CBD ou tétrahydrocannabidiol ou H4-cannabidiol ;
    • HHCPO, THCP et THCA ;
    • Toute substance dérivée du noyau benzo[c]chromène, qu’il soit non ou partiellement ou totalement hydrogéné sur le cycle A (défini comme étant le cycle insaturé porteur du méthyl en position 9 dudit noyau dans le tétrahydrocannabinol), substitué ou non à un des endroits suivants du noyau :
      • En position 1 par une fonction hydroxyle, estérifiée ou non, ou une fonction alkoxy ;
      • En position 2 ou 4 par une fonction carboxyle ;
      • En position 3 par un substitut adamantyle ou par une chaine alkyle, alkényle, alkynyle cyanoalkyle, haloalkyle, cyanoalkynyle, haloalkynyle, alkoxy, que cette chaîne soit elle-même substituée ou non par un ou plusieurs substituts alkyles, cycliques ou non, hétérocycliques ou non, que ces cycles ou hétérocycles soient eux même saturés ou non ;
      • En position 6 par un ou deux groupes alkyle ;
      • En position 9 par une fonction cétone, alkyle, hydroxyalkyle ou alkoxy.
formule du noyau benzo-c-chromene
formule du noyau benzo(c)chromène

à l’exclusion du cannabinol ou CBN ;

  • 5F-CUMYL-PEGACLONE ou 5F-SGT-151 ;
  • CUMYL-CH-MEGACLONE ou SGT-270 ;
  • 7APAICA ;
  • 5F-7APAICA ;
  • CUMYL-P7AICA ;
  • 5F-CUMYL-P7AICA ;
  • BZO-HEXOXIZID ou MDA-19 ;
  • BZO-POXIZID ou 5C-MDA-19.

Voici une liste des cannabinoïdes interdits répondant aux critères spécifiés par l’ANSM :

CBN-P (Cannabidiphorol)

CBNp

  • CBN-o (Cannabinol Acetate)

CBNo

Tetrahydrocannabinol Monomethylether

  • THC-M (Tetrahydrocannabinol Monomethylether)

Tetrahydrocannabinol Monomethylether

Hexahydrocannabiphorol Monomethylether

  • THCPo (Tetrahydrocannabiphorol)

Tetrahydrocannabiphorol Acetate

  • D8 Tetrahydrocannabihexol THC-H

D8 Tetrahydrocannabihexol THC-H

  • D9 THC-H (D9 Tetrahydrocannabihexol)

D9 THC-H (D9 Tetrahydrocannabihexol)

  • HHC-H (Hexahydrocannabihexol)

HHC-H (Hexahydrocannabihexol)

  • THC-B (Tetrahydrocannabutol)

THC-B (Tetrahydrocannabutol)

  • D8 THCBo (D8 Tetrahydrocannabutol Acetate)

D8 THCBo

8-Hydroxyhexahydrocannabinol

10-OH-HHC

  • D9 THCv (Delta-9-Tetrahydrocannabivarin)

  • D8 THCv (Delta-8-Tetrahydrocannabivarin)

  • HHCv (Hexahydrocannabivarin)

  • D9 THCVo (D9 Tetrahydrocannabivarin Acetate)

    D9 THCVo

     

Liste des cannabinoïdes légaux après le 3 Juin 2024

Les effets graves sur la santé

L’ANSM justifie sa décision par des signalements de consommation ayant entraîné des effets graves. Par exemple, en décembre dernier, sept personnes ont dû se rendre aux urgences après avoir consommé des bonbons à base de THC et de H4-CBD lors d’une fête. Les effets immédiats de ces substances peuvent inclure des vomissements, une perte de connaissance, un coma, des convulsions, une paranoïa, de l’anxiété, une hypertension artérielle, et une tachycardie. En outre, l’ANSM avertit que la composition de ces produits peut ne pas correspondre à celle indiquée sur l’emballage, augmentant ainsi les risques pour les consommateurs.

Les risques de dépendance

En plus des effets immédiats, l’ANSM met en garde contre le risque de dépendance associé à ces nouveaux cannabinoïdes. Les effets plus intenses que ceux du cannabis traditionnel augmentent le potentiel de dépendance, un risque que les consommateurs peuvent sous-estimer. Contrairement au THC, le CBD n’est pas visé par cette décision car il ne présente pas de risque d’abus ou de dépendance, précise l’ANSM.

La surveillance renforcée de l’ANSM

Avec cette décision, l’ANSM réaffirme son engagement à surveiller l’émergence de nouveaux cannabinoïdes sur le marché et leurs effets sur la santé. Agnès Laforest-Bruneaux, directrice adjointe de la direction de la surveillance à l’ANSM, a indiqué que d’autres produits pourraient être classés comme stupéfiants si nécessaire. Cette surveillance proactive vise à protéger la santé publique contre les risques posés par ces substances émergentes.

Conclusion

L’interdiction des nouveaux cannabinoïdes décidée par l’ANSM à partir du 3 juin prochain est une mesure préventive essentielle pour protéger les consommateurs contre des substances potentiellement dangereuses. Les effets graves signalés et le risque de dépendance justifient pleinement cette décision. Les consommateurs doivent rester vigilants et bien informés sur les risques associés à la consommation de produits dérivés du cannabis, et les autorités continueront de surveiller et de réguler ce marché pour assurer la sécurité de tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *